La Russie et la Turquie ont testé un système antiaérien élaboré conjointement

La Russie et la Turquie ont testé un système antiaérien  élaboré conjointement

 

La Russie et la Turquie ont testé un système conjoint de défense antiaérienne de petite portée. C’est ce qu’a indiqué le chef de la délégation de Rosoboronexport Anatoli Aksenov à l’exposition d’armements IDEF-2015. Le projet a été élaboré via l’intégration du complexe russe « Igla » avec une plateforme de combat turque.

Le complexe antiaérien portable « Igla » est prévu pour détruire les avions de l’aviation tactique, les hélicoptères, les cibles de faible gabarit comme les missiles de croisière. « Igla » fait partie de l’armement des armées de la Russie, de pays de la CEI et il est exporté dans plus de 30 états. La version moderne « Igla-S » possède une série d’améliorations techniques, dont la possibilité de tirer sur des drones. Il a été adopté dans l’armement en 2002.

« Nous avons réalisé avec une société turque l’intégration de notre complexe de petit portée avec leur plateforme de combat, et il a confirmé ses caractéristiques. Le nom russe de ce système est Igla. le projet est prêt et testé, il est maintenant discuté la question de la fabrication avec le client », a indiqué Anatoli Aksenov.

Selon lui, si la Turquie demande à équiper ces complexes non pas avec des missiles russes mais ses propres missiles, alors cela ne provoquera pas de difficultés. Cette question fait partie des compétences de la partie turque, a expliqué le représentant de Rosoboronexport.

Le chef de la délégation russe a également ajouté que la société propose à la Turquie d’installer des systèmes de combat russes sur les bateaux turcsleuie té  r.

« Nous coopérons dans le domaine de la création de petits bateaux de débarquement sur des coussins d’air ainsi que dans l’intégration de systèmes de combat de fabrication russe sur les plateformes maritimes turques », – a-t-il indiqué.

Il a été indiqué auparavant que durant l’IDEF-2015 la société Rosoboronexport a conclu plusieurs ententes avec des sociétés turques. Selon Anatoli Aksenov, ces projets concernent également la Marine militaire. Les militaires turcs ont également été intéressés durant l’exposition par les systèmes de défense antiaérienne, notamment par le système de grande portée Anteï-2500.