«Rosoboronexport» a l’intention d’augmenter ses livraisons en Afrique

«Rosoboronexport» a l’intention d’augmenter ses livraisons en Afrique

 

L’exposition d’armes et de matériels militaires dans la République d’Afrique du Sud Africa Aerospace and Defence 2014 a fermé ses portes. Selon les résultats de sa participation à cet événement, «Rosoboronexport» a l’intention dans les prochaines années d’élargir sensiblement sa présence sur le continent africain. Aujourd’hui, la part des livraisons de production militaire chez l'exportateur spécial d’armes russes dans les pays africains est d’environ 2%.

La délégation russe durant l’exposition a réalisé plus de 70 rencontres avec des partenaires potentiels. Les principales négociations de la délégation russe ont eu lieu durant les premiers jours de l’exposition. L’exportateur spécial d’armes russes « Rosoboronexport » prévoit dans les prochaines années d’élargir sensiblement sa présence en Afrique. Aujourd’hui, la part des livraisons par la société de production militaire russe dans les pays africains est d’environ 2%.

Le directeur général de «Rosoboronexport» Anatoli Isaïkine, le directeur du Service fédéral pour la coopération militaire et technique Alexandre Fomine ainsi que l’adjoint du président de la FR Vladimir Kojine ont participé aux négociations pour la partie russe.

Comme le directeur de «Rosoboronexport» pour les missions spéciales et chef de la délégation de la société à l’exposition Iouri Demtchenko l’a indiqué au magazine «Kommersant», «cette exposition est la plus importante sur le continent et le site le plus efficace pour la promotion des armes et des matériels militaires russes dans les pays africains au sud du Sahara».

Cette exposition est la plus importante sur le continent et le site le plus efficace pour la promotion des armes et des matériels militaires russes dans les pays africains au sud du Sahara

Iouri Demtchenko, chef de la délégation de la société à l’exposition AAD-2014

Dans les négociations, «Rosoboronexport» a proposé, entre autre, à la République d’Afrique du Sud un système de sécurité complexe basé sur l’expérience de la réalisation des Jeux Olympiques à Sotchi. C’est-ce qu’a indiqué au cours de l’exposition l’adjoint du directeur général de la société Sergueï Goreslavski. Selon lui, les négociations sur les composants séparés ont montré qu'il peut être très demandé. «Nous le proposons à tous les pays de la région. Ce système suppose le concept de ville sûre, ainsi que la livraison de type séparés d’armes («Tigre», «Pantsir», «Igla») et de moyens de communication», - a précisé l’adjoint du directeur général de «Rosoboronexport».

Les pays africains sont de manière stable intéressés par le matériel aérien russe. Ainsi, il a été signé récemment un contrat avec le Nigéria pour la livraison de six hélicoptères Mi-35 et six Mi-17. Il existe un contrat avec l’Angola (d’un prix de 1 milliard de dollars) pour la livraison d’avions Su-30К et d’hélicoptères Mi-24P et Mi-171CH. De plus, pour la première fois depuis 15 ans la Russie et la Namibie ont signé un contrat prévoyant la livraison d’armes, de mortiers, de véhicules et de munitions.

«Rosoboronexport» a l’intention d’élargir sa présence dans la région. Comme l’a indiqué le chef de la délégation de «Rosoboronexport» à l’exposition, la coopération avec la République d’Afrique du Sud est concrètement importante pour la Russie non seulement sur une base bilatérale, mais également dans le cadre de la coopération dans le cadre du BRICS.

«Nous observons un intérêt croissant de la part de l’Afrique du Sud pour la coopération dans la production et scientifique et technique avec des entreprises russes. Cela concerne notamment les élaborations de nouveaux types d'armes dans le cadre du BRICS dans la partie des moyens de destruction aériens», – a indiqué Iouri Demtchenko.