Les prix pour une «Kalachnikov» ont plus que doublé aux Etats-Unis

Les prix pour une «Kalachnikov» ont plus que doublé aux Etats-Unis

 

Les sanctions mises en place par les Etats-Unis par rapport aux industries nationales du complexe militaire, y compris au consortium «Kalachnikov» ont eu une influence sur le prix des armes russes sur le marché américain et elles ont provoqué l’augmentation des ventes.

Comme l’a indiqué le représentant commercial de la Russie aux USA Alexandre Stadnik dans un entretien à ITAR-TASS, le prix moyen de la version civile d’une «Kalachnikov» va déjà jusqu’à mille cinq cent dollars, alors que cette même arme valait sur le marché américain environ 600 dollars quelques mois en arrière.

«Le fait est que début septembre de cette année les dealers ont annoncé la vente complète de ce type d’arme, - a expliqué Alexandre Stadnik. – Maintenant, les américains qui achètent cette mitraillette légendaire comme souvenir et comme un investissement préfèrent se procurer une production de Russie et non pas ses copies européennes». Suite à cela, la revente de « Kalachnikov » a fortement commencé sur le marché.

Selon certains représentants commerciaux de Russie aux Etats-Unis, les autorités américaines « craignent déjà sérieusement qu’à cause de l’arrêt de nos livraisons il puisse apparaitre un « marché gris » à l’intérieur du pays. Selon lui, le marché américain avant la mise en place des sanctions souffrait d’un déficit certain de ce type d’arme : «ce que le consortium «Kalachnikov» livrait aux USA représentait seulement un tiers de ce que les acheteurs potentiels américains voulaient acheter», - a noté Alexandre Stadnik.

Ces dernières années, les versions civiles de l’АК-47 représentaient environ 50% de l’exportation du consortium russe aux Etats-Unis. La mitraillette «Kalachnikov» est très appréciée au sein des collectionneurs d’armes automatiques et de sport.

Le Ministère des Finances américain a publié  la liste des sanctions dans laquelle il a été inclus «Kalachnikov» le 16 juillet. Dorénavant, il est interdit de livrer la production du Consortium aux Etats-Unis. Le consortium livrait auparavant aux Etats-Unis des armes civiles de chasse et sportive, y compris la carabine populaire «Saïga» (variante civile de la mitraillette Kalachnikov) adaptée pour différentes munitions, ainsi que les carabines «Los», «Bars», «Sobol», «Record», et des fusils de chasse. «Kalachnikov» a également fabriqué des fusils semi-automatiques «Saïga-12» pour des unités de police américaines.


Photo: Yuri Maximov / www.maksimov.su

 

Selon les données du Ministère des Finances des Etats-Unis, les américains ayant entre les mains une production tombant sous le coup des sanctionscontre le consortium d’armes russe «Kalachnikov», peuvent tranquillement la posséder et même la revendre si la marchandise a été totalement payée. Les sanctions n’interdisent pas non plus aux citoyens de posséder une arme et de la revendre sur le marché de l’occasion puisque le consortium n’a aucun intérêt dans cette transaction. On a cependant rappelé au Ministère que la réalisation de nouvelles transactions entre le consortium russe et des citoyens américains est interdite.

L’adjoint du directeur de  «Rosoboronexport»  Igor Sevastyanov a expliqué que juridiquement le contrat entre «Kalachnikov» et Russian Weapon Company pour la livraison d’armes à feu aux Etats-Unis n’est pas rompu mais gelé. La licence pour la production d’armes de sport-chasse n’a pas été donnée aux sociétés américaines.